PDG

Fortune de Larry Flynt | Richesse des célébrités

Fortune de Larry Flynt: Larry Flynt est un entrepreneur et éditeur américain qui a une Fortune de 500 millions de dollars. Il est surtout connu pour être le président de Larry Flynt Publications, qui produit des magazines comme « Hustler ».

Jeunesse: Larry Claxton Flynt Jr. est né à Lakeville, Kentucky, le 1er novembre 1942. Il est l’aîné d’Edith et Larry Claxton Flynt Sr. Son père était un ancien combattant et métayer de la Seconde Guerre mondiale, tandis que sa mère était une femme au foyer. Il avait deux frères et sœurs plus jeunes, sa sœur Judy et son frère Jimmy Ray, mais Judy est décédée d’une leucémie alors qu’elle n’avait que quatre ans. La mort de sa sœur a conduit ses parents à divorcer un an plus tard et à la scission de la famille. En conséquence, Flynt a été élevé par sa mère dans l’Indiana, tandis que son frère a été élevé par leur grand-mère maternelle dans le Kentucky. Flynt reviendrait finalement au Kentucky pour vivre avec son père parce qu’il ne s’entendait pas avec le petit ami de sa mère. Flynt a abandonné ses études secondaires et s’est enfui de chez lui quand il avait quinze ans, et a rejoint l’armée américaine avec un faux certificat de naissance. Après sa libération honorable, il a rebondi entre l’Indiana et le Kentucky en effectuant des petits boulots jusqu’à ce qu’il rejoigne la marine des États-Unis en 1960, et a travaillé comme opérateur radar sur l’USS Enterprise. Il a été honorablement libéré de la marine en 1964.

Carrière: Après avoir quitté la marine, Flynt s’est lancé dans une série d’entreprises commerciales. Son premier fut quand, en 1965, il acheta le bar de sa mère à Dayton, Ohio, en utilisant 1 800 $ de ses économies. Après le réaménagement, il a rapidement commencé à gagner jusqu’à 1 000 $ par semaine et a utilisé les bénéfices pour acheter deux autres barres. Il a continué à étendre son mini-empire et a ouvert le Hustler Club en 1968, un nouveau bar de classe supérieure mettant en vedette des danseuses d’hôtesse nues. Plus tard, il a ouvert des clubs Hustler dans d’autres villes de l’Ohio comme Akron, Cleveland, Columbus, Cincinnati et Toledo, et chacun a rapidement rapporté entre 260 000 $ et 520 000 $ par an.

En 1972, Flynt a créé le premier bulletin d’information Hustler pour promouvoir ses clubs, le faisant passer de quatre à seize pages en moins d’un an. Avec la crise pétrolière de 1973, Flynt dut décider entre refinancer ses clubs ou déclarer faillite. Au lieu de cela, il a décidé de transformer Hustler Newsletter en un magazine pour adultes, payant les frais de démarrage en différant le paiement des taxes de vente sur ses clubs. En juillet 1974, le premier numéro de « Hustler » a été publié. En août 1975, le magazine se vendait à plus d’un million d’exemplaires par mois, et il put rapidement rembourser ses dettes fiscales. À chaque étape du processus, Flynt a dû se battre contre de nombreuses personnes (y compris dans sa société de distribution) qui pensaient que le contenu du magazine était trop explicite. Certains des documents les plus controversés publiés dans les premiers jours du magazine comprennent les premiers « clichés roses » du magazine (photos de vulves ouvertes) et des photos de paparazzi de l’ancienne Première Dame Jacqueline Kennedy Onassis en train de bronzer nue. Il a créé Larry Flynt Publications (LFP), sa propre société privée, en 1976. Il a également créé le studio de cinéma Hustler Video, à travers lequel il a commencé à produire des films pornographiques en 1998. En 2000, Flynt a ouvert le Hustler Casino à Los Angeles, et Le studio de cinéma Hustler Video a acheté VCA Pictures en 2003.

Autre travail: Flynt a publié son autobiographie, « An Unseemly Man: My Life as a Pornographer, Pundit, and Social Outcast », en 1996. La même année, un film a été réalisé sur sa vie avec Woody Harrelson et Courtney Love, intitulé « The People vs. Larry Flynt « . Flynt lui-même a fait une apparition dans le film. Il a co-écrit le livre « One Nation Under Sex » (2011) avec David Eisenbach, professeur d’histoire à l’Université de Columbia; il suit la vie sexuelle de certains des dirigeants américains les plus puissants.

Vie privée: En 1978, le suprémaciste blanc Joseph Paul Franklin a tenté d’assassiner Flynt lors d’une séance photo interraciale à Hustler, bien qu’il n’ait jamais été attrapé et poursuivi en justice et n’ait avoué la fusillade que plusieurs années plus tard. Flynt est maintenant paralysé de la taille vers le bas et utilise un fauteuil roulant plaqué or de 80 000 $.

Il a été marié cinq fois au total et a quatre filles et un fils. Il a épousé sa quatrième femme, Althea, en 1976, et elle l’a aidé dans ses affaires et a été son co-éditeur pour « Hustler » jusqu’à sa mort en 1987. Il a épousé Elizabeth Berrios, son épouse actuelle, en 1998. Il a renié son fille aînée, Tonya Flynt-Vega, lorsqu’elle est devenue une militante chrétienne anti-pornographie et une critique fervente de « Hustler ». Elle a même publié un livre, « Hustled », dans lequel elle affirme que Flynt l’a agressée sexuellement lorsqu’elle était enfant, accusations qu’il nie.

Flynt a été un défenseur des droits de la liberté d’expression aux États-Unis et a eu un impact profond sur le concept de l’obscénité et du droit de la parodie. Il est également franc dans le domaine de la politique, se décrivant comme «un libertaire civil dans l’âme» avec des opinions progressivement libérales. , y compris Hillary Clinton. Il a également souvent tenté de dénoncer des scandales sexuels impliquant des politiciens conservateurs ou républicains. Par exemple, il a offert 1 million de dollars pour la preuve de scandales sexuels lors de la procédure de destitution de 1998 contre le président Clinton, et les résultats qu’il a finalement publiés ont conduit à la démission de Bob Livingston, le nouveau président de la Chambre républicaine.Il a également offert une récompense de 1 million de dollars pour les informations sur les déclarations de revenus inédites de Mitt Romney, et 10 millions de dollars pour les preuves qui conduiraient à la destitution du président Donald Trump.

Bouton retour en haut de la page